13 astuces concrètes pour manger Bio moins cher

panier de légumes

ou les conseils d’un ancien directeur Achats dans le Bio et l’Equitable, pour acheter moins cher et optimiser son budget alimentation


Cet article est en 2 parties

=> CLIQUE ICI si tu as manqué la PREMIÈRE PARTIE


 

Donc… tu voudrais manger 100 % Bio ?

Mais comme ton loyer et le reste te coûte déjà un bras, j’imagine que tu n’es pas contre quelques petites astuces pour baisser tes coûts…

Bonne nouvelle : dans ma précédente vie professionnelle, j’ai été directeur Achats dans l’alimentaire Bio et Equitable, pendant des années… et il se trouve aussi que je suis un fou d'optimisation !

Alors voyons ensemble comment rationaliser ton budget alimentation :

L’art et la manière… de faire ses courses !

J’imagine que tu as déjà plein de trucs et astuces personnelles pour gérer au mieux ton budget… Voici, à titre d’inspiration, 13 pistes d'optimisation je trouve intéressantes à revisiter régulièrement.

Je précise au passage qu’il n’y a aucune solution radicale magique. Faire des économies, c’est partout, tout le temps.

Seul le cumul à la fin de l’année fera la différence…

1) S’inscrire à une AMAP (ou un regroupement de producteurs)

(AMAP = système de cotisation directement auprès d’un maraîcher pour des paniers de légumes composés tout au long de l’année)

En ville, ça demande un peu de recherches, mais c’est une priorité stratégique à mon avis, car en plus de soutenir les circuits courts (ce dont les villes ont grandement besoin), le prix des paniers est compétitif et les légumes de bonne qualité !

Sans parler du côté découverte / créativité à chaque livraison, puisque tu ne sais jamais à l’avance ce que le producteur te livrera.

De manière alternative, en boutique, tous les systèmes de carte de fidélité, abonnement, panier composé, voire même, au cas par cas, les regroupements ou les magasins de producteurs, qui offrent une palette quasi complète (mais pas toujours Bio malheureusement… à vérifier).

2) Faire les courses une fois par semaine… et pas plus !

Exactement… C’est une très bonne manière de finir les placards (où une grande partie de notre budget nourriture dort…) !

Finir les placards, c’est remettre de l’argent immobilisé en circulation…
Donc interdiction de ressortir en cours de semaine pour compléter !

Et puis… voyons le bon côté des choses : c’est l’occasion de travailler sur notre peur du manque, d’apprendre à « lâcher-prise » sur nos habitudes alimentaires bien réglées… et faire avec ce qu’il y a sous la main, « dans l’instant présent »…
(admire un peu le nombre de mots-clefs « Développement personnel » casés dans un si petit paragraphe sur les courses 😛 … )

NB : Si tu t'alimentes essentiellement de crudités, et que tu fais très attention à la fraîcheur et l'apport nutritif des tes légumes, ce conseil est à adapter, bien évidemment. Tu peux faire cela de manière plus ponctuelle, pour vider tes placards et faire place nette.

3) Faire les courses le ventre plein (ou avec un petit sac)

Quand j’étais petit, mon frère et moi savions systématiquement qui de mes parents avaient fait les courses, car quand c’était ma mère, comme elle y allait vers 11h, sans liste de courses, le frigo était plein à craquer pour deux semaines ; alors que mon père, plus fonctionnel, y allait lui vers 8h du matin et n’achetait que ce qu’il y avait sur sa liste…

Autant que possible, donc, caler l’heure des courses peu après le repas, quand le sujet n’a plus autant d’intérêt… 🙂

Et petite astuce personnelle, y aller avec un sac de petite taille… ou le budget-désiré en espèces, et pas plus !
Comme ça, impossible de sur-dépenser !

Biocoop Epone

4) Commencer par les promotions (mais attention aux « bonnes affaires »)

Perso, je fais toujours un premier tour du magasin pour repérer les promotions ou rabais (pain, yaourts, viandes, jus, primeurs de saison, fruits très mûrs, etc.) et je réajuste ma liste de courses en fonction.

Pour savoir quels jours passer de préférence, renseigne-toi auprès des vendeurs pour en savoir un peu plus sur les jours d’approvisionnement. En France, les magasins Bios n’ont pas de réassort le lundi, donc ils tournent à 100 % sur leur stock… du vendredi ! Tu peux donc tenter ta chance ce jour-là, ou juste avant le week-end, car pour eux, ce qui ne sera pas vendu sera souvent perdu.

Attention cependant à ne pas tomber dans le travers d’acheter plus, sous prétexte que c’est au rabais… 🙂

5) Manger moins de viande / poisson

Un basic… Si tu en consommes très souvent, tu allègeras significativement ton budget…

Et en plus, ce n’est pas recommandé pour la santé !

Et pour des protéines alternatives pas chères, pense aux graines germées (alfalfa, lentilles, pois chiche, mungo…) ! Pour quelques €, tu as de quoi en faire pousser pendant 2 ou 3 semaines !

6) Acheter en vrac + ne pas hésiter à « passer commande »

Pas d’emballage = moins cher. C’est logique. Les distributeurs sont faits pour ça.

Biocoop Epone

Mais il y a mieux : pour peu que tu consommes beaucoup d’un produit (par exemple le riz ou les lentilles, l’huile d’olive), les magasins bios peuvent commander spécialement à leurs fournisseurs un emballage vrac supplémentaire que tu récupéreras au rabais la prochaine fois.

C’est donc hautement intéressant, surtout si c’est un pilier de ton alimentation.

 

Attention cependant à ne pas immobiliser ta trésorerie. Economiser pour être pris à la gorge financièrement, ça n’a pas de sens.

À vrai dire, à ce sujet, il y a deux écoles :

  1. le flux tendu (je n’achète que ce que je consomme)
  2. ou les économies d’échelle (j’investis à un prix intéressant).

À toi de choisir en fonction de tes capacités financières.

Mais attention là aussi à ne pas sur-consommer un produit parce qu’il est soudain disponible en quantité (ex : je déconseille fortement d’acheter tout un carton de barres chocolatées… ! Même à -20 %)

 

En complément : sous réserve de quantités suffisantes et d’un statut professionnel sous la main, tu peux aussi acheter directement auprès des grossistes Bio dans les zones industrielles. Il ne te reste plus qu’à t’organiser avec les copains pour passer une commande groupée. Penses-y !

7) Demander un rabais

On n’ose pas, mais on peut bien plus négocier qu’on ne le pense. Vraiment…
Surtout si c’est fait dans l’intention de renforcer la relation commerciale (et non contre le commerçant)

Il suffit d’un prétexte. Tu as vu un défaut ou tu as pris une quantité importante ? Dis-le à la caissière et demande-lui un prix. Sans attente, sans pression… avec le sourire.

Ça ne changera pas ta vie. Mais si tu le fais régulièrement, tu vas finir par développer l’habitude, et réaliser de vraies économies.

Et pour peu que tu entretiennes une relation cordiale et régulière avec les vendeurs de ta boutique préférée, ils finiront peut-être même par te mettre de côté les bonnes affaires… surtout si tu leur laisses ton téléphone et que tu leur achète toujours un petit truc au passage (et que tu le mets en valeur) !

(Là encore, attention à ne pas acheter trop sous prétexte que c’est au rabais.)

D’ailleurs, dans la même veine :

8) Demander à racheter les invendus

Ça ne marche pas toujours dans les boutiques Bios qui font attention à garder une image de qualité et évitent soigneusement de brader leurs produits (préférant souvent les jeter), mais pour peu que tu aies un bon lien avec le/la responsable, tu peux réussir à leur racheter leurs invendus à prix cassé (essentiellement les primeurs).

Je conseille d'aborder le sujet après avoir suffisamment « investi » dans la relation pour ne pas leur donner à craindre de perdre un client normal et d'être finalement perdants.

Où trouver du Bio pas cher ?… (aller plus loin)

Maintenant que tu connais ton budget (cf. 1ère partie de l’article = "100% Bio, c'est possible !") et que tu fais le maximum pour optimiser tes courses, voici quelques ajustements supplémentaires à considérer pour parfaire l’ensemble.

Je les place en dernier, car ils demandent à mon sens un peu plus d’engagement personnel.

9) Joindre l’utile à l’agréable

Personnellement je n’aime pas spécialement cuisiner, mais j’entends que pour beaucoup c’est une activité méditative et ressourçante qui vide la tête. Alors pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable et faire des économies en cuisinant un maximum par toi-même (plutôt que d’acheter des plats tout préparés qui reviennent cher), puisque c’est AUSSI pour beaucoup une occasion de se rééquilibrer et prendre soin d’eux ?

Surtout dans une société tertiaire déjà terriblement hors-sol… Faire soi-même sa cuisine, être en contact avec des aliments bruts, manipuler enfin quelque chose de concret, d'organique… voilà comment se rééquilibrer mine de rien !
Et autant utiliser toutes les occasions à disposition, pas vrai ? Surtout si elles sont gratuites et te font faire des économies !

Et si tu es du style à te ressourcer en groupe, alors tu peux aussi t’offrir régulièrement une soirée « cuisine » entre amis, passer un bon moment à plusieurs et repartir avec des restes de soupe / gâteau / ratatouille… pour la semaine !

marmites XXL

Bon… sans exagérer sur les quantités non plus… hein ?

10) Le congélateur = ton meilleur ami

…et les salades de fruits !

Je n’aime pas cuisiner, je le disais… en revanche j’adore optimiser ! Et je suis devenu un pro des recettes « recyclages » (ratatouille, soupe, cake de légumes, salades de fruits, etc.). En 2-3 minutes je suis capable de concocter un petit plat sorti de nulle part avec ce qu’il y a à disposition.

Résultat : quasi aucune perte. 0 déchet.

Et ça, c’est un vrai kif, pour moi !

Et pour les soirs de flemmes, il ne me reste plus qu’à congeler les surplus !

Double effet Kiss Cool !

11) Réduire au maximum les achat « gourmandises »

Je veux parler ici des petits snacks ou desserts gourmands un peu sophistiqués…

Je suis partisan des les remplacer au maximum par des fruits, des noix ou des fruits secs.

Nettement moins sexy… Je sais ! Mais c’est justement ça l’idée : tu en mangera moins !… Et ça reviendra moins cher, sans pour autant être moins satisfaisant, au final.

Et je ne dis pas ça en l’air. Je me fixe régulièrement des "défis" d’une ou deux semaines pendant lesquels je n’achète aucun dessert, yaourts ou céréales petit-déjeuner, histoire de revenir à l'essentiel.

Surtout qu’il y a de très bonnes alternatives naturelles aux meilleures pâtisseries :

  • les mangues d’Espagne à l’automne (pas chères du tout et cueillies à pleine maturité)
  • les Kakis ou les chirimoyas pendant l’hiver, peu connus, mais à rougir de plaisir quand ils sont bien mûrs (chez les vendeurs de rue ou les petites boutiques orientales)
chirimoya

Voilà, comme ça tu sais à quoi ça ressemble…

  • les dattes… surtout fourrées au noix ou aux amandes
  • le miel en rayon (mieux qu’un Snickers !)
  • les figues sèches (prendre les petits calibres, le goût est identique aux grosses)
  • la compote de pomme « améliorée » à la purée d’amande

Bref, il y a plein de solutions pour manger gourmand sans se ruiner.

12) Arrête de te faire du mal !…

Tu « craques » systématiquement sur un produit (genre pot de Choconoisette ou chips de légumes) ? N’en n’achète pas, c’est tout !

C’est idiot, mais si tu ne peux pas te changer, change ton environnement ! (principe incontournable de croissance personnelle 🙂 …)

En plus si ton pêcher-mignon n’est pas sous ton nez en permanence, tu n’y pensera plus… et ton portefeuille t’en remerciera.

Aucune frustration… Que des avantages !

Et si ce sont les snacks de luxe qui te rendent dingue, genre mix « mûres blanches / pistaches / physalis / noix de Brésil / baies de goji » (autrement dit tous les produits secs les plus chers qui soient…), rabats-toi sur le mélange étudiant classique : noisette, amande, raisin sec… ça a quasiment le même goût ! 🙂

D’ailleurs, à ce sujet :

13) Stay away from the hype

Un produit est soudain à la mode ? Tous les magazines santé & féminin en parlent comme l’aliment miracle ?
Raison de plus pour ne pas s’y intéresser trop vite !

Pourquoi ? Parce que le marché va être saturé d’opportunistes peu éthiques qui surferont gaiement sur l’hystérie d’achat, comme c’était le cas il y a encore quelques années à l’époque de la bulle « baies de Goji » à 400 % de marge (au lieu de 30 %, en général)… C’était le nouvel or rouge !

Alors que -comble de l’hyprocrisie- elles étaient quasiment toutes « coupées » avec des baies chimiques à bas prix !…

Madonna Goji

"Baies de Goji, la recette secrète anti-âge des stars"… Okay ! Je suis convaincu !…

L’affaire était allée si loin qu’Ecocert et les copains avaient dû arrêter complètement de certifier les petites baies rouges pendant une bonne année, pour se protéger.

Eh oui… à trop bien connaître les coulisses d’un marché, on en perd un peu son innocence… 🙂

Idem avec la grenade, pendant qu’on y est : propulsée d’un seul coup au rang de Superfood…
En vérité, surtout un plan marketing bien ficelé destiné à écouler rapidement les grosses productions, cette année-là, de certains pays exportateurs… (et se faire quelques beaux billets au passage !).

Idem pour l’avocat soit-disant aphrodysiaque…

Bref… même dans le Bio, tout ce qui brille n’est pas or !

Et l’engouement soudain pour un produit va gonfler les prix artificiellement. Mieux vaut donc attendre que la « bulle » ait éclaté…

Sans oublier que nos grands-parents n’avaient pas besoin de poudre de Lucuma et boissons à l’Açai d’Amazonie pour être en bonne santé.
Un peu d’huile d’olive, des pommes du pays, de bons légumes… et beaucoup d’activité physique…voilà tout ! 🙂

Toujours pas assez ? Ma liste secrète…

Ton budget reste trop serré ? Laisse-moi ton email, je t'enverrai :

Le tableau récapitulatif des pires aliments à ne jamais acheter en conventionnel,

(et ceux sur lesquels tu peux te permettre d’être un peu moins regardant…)

privacy Aucun SPAM envoyé. 100% serein.

 

Et toi, quelles sont tes astuces ?

J’espère que cet article t’a plu !

N’hésite pas à me laisser un commentaire, notamment pour savoir si cet angle très pratico-pratique t’apporte quelque chose.

Et si tu as toi-même des astuces pour faire des économies, fais en profiter la communauté ! 😉

A très vite !

 

À Propos de l'Auteur

Gael Marin

Coach, entrepreneur, chercheur insatiable et passionné… j'ai lancé le site "Le Méditant Urbain" pour répondre à une question fondamentale à mes yeux : "Comment être bien dans sa tête et bien dans sa peau, même en ville et dans la modernité ?" Si cette question te parle aussi, rejoins-moi et faisons le voyage ensemble !