Se ressourcer en ville : mission impossible ?

Se ressourcer en ville

…ou comment la notion de ressourcement « actif »
peut considérablement améliorer votre qualité de vie.


À la fin de l’été, j’avais programmé quelques jours à Annecy, où je voulais passer du temps avec mon amie sur place, et refaire le plein de nature (vive le hors-saison sur les bords du lac !).

La semaine en question n’était pas de tout repos pour autant, car j’avais de gros dossiers à traiter d’urgence, et je me suis finalement retrouvé à travailler autant qu’à Paris… simplement ailleurs qu’à Paris !

Et c’est là que m’est apparue la distinction entre ressourcement « actif » et « passif »...

Une prise de conscience "urbaine" sur les bords du lac...

Rien à voir avec la ville... y a pas photos ! (surtout en hors-saison)

La semaine passait, et à part le fait que l’air est 10 fois plus pur à Annecy qu’à Paris, ce qui me frappait c’est que je n’étais jamais « vidé » en fin de la journée… J’avais beau travailler d’arrache-pied du matin au soir, j’étais toujours zen, détendu, bien… sans rien faire de particulier pour cela !

Et c’est en me baladant un soir sur les bords du lac au soleil couchant, que j’ai pris conscience que je n’avais encore jamais considéré l’acte de « se ressourcer » comme double. Je m’explique :

La Nature nous ressource, c’est évident ! On parle d’ailleurs de « refaire le plein » de « se mettre au vert », de « recharger les batteries »… comme si elle agissait physiquement sur notre état interne, et abaissait d’elle-même notre niveau de tension psychique et notre stress…

Un peu comme dans un circuit électrique, la « terre » permet d’évacuer les décharges électrostatiques et les surtensions !

Et c’est justement bien pour cela qu’il est si important de pouvoir s’y recueillir de temps en temps ! Dans une nature préservée, il n’y a rien à faire pour se ressourcer… Juste à être là… passivement... sans rien faire ni vouloir… car la Nature se charge de remettre de l’ordre à un niveau subtil.

« Mais alors… comment faire en ville, où il n’y en a quasiment plus aucune ?
Juste du béton et du bruit… » me diras-tu ?

Eh bien justement… c’est l’idée ! Ce n’est pas parce que l’environnement des villes est agressif et non-ressourçant, qu’il est impossible de se ressourcer !

Mais avant de t’expliquer comment, il me faut préciser quelque chose :

« Se ressourcer », c’est quoi ?
(et pourquoi c’est si important)

« Se ressourcer », c’est comme se reposer après un effort physique, ou dormir la nuit, sauf que ça ne se situe pas au niveau physique ou musculaire, mais à un niveau plus subtil, que l’on ne sait pas encore bien appréhender rationnellement, mais que l’on peut, par contre, clairement expérimenter dès lors que l’on est un peu sensible et à l’écoute de ses fluctuations internes.

À partir d’un certain niveau de conscience de soi, d’ailleurs, se ressourcer régulièrement devient absolument fondamental… car cela touche tout à la fois notre qualité de présence, notre clarté d’esprit, l’accès à nos ressources créatives et intuitives, la finesse de nos émotions, notre niveau d’écoute et d’attention… et donc, en bout de chaîne, notre productivité et notre bien-être !

En fait, tout donne à penser que l’activité quotidienne consomme de l’énergie et produit des « déchets », sous forme d’une agitation et d’une tension interne, notamment psychique. Et de la même manière que les artisans prennent grand soin d’entretenir leurs outils de travail, l’humain pourrait-il lui aussi avoir besoin de prendre soin de son esprit et de son équilibre personnel pour « fonctionner » de manière optimum jour après jour ?

On peut fonctionner en étant épuisé et préoccupé, mais tout est tellement plus goûteux et fin lorsque l’on est « présent » et « rassemblé ». Il n’y a qu’à comparer la facilité (ou la difficulté) à réaliser une tâche complexe après une bonne nuit de sommeil, ou à la fin d’une journée épuisante et stressante. Il n’y a pas photo !...

En somme, se ressourcer, c’est un peu comme mettre de l’ordre chez soi : il s’agit toujours de la même maison, des mêmes meubles… mais « l’expérience » d’un habitat propre et aéré est bien plus confortable et satisfaisante… Tout y devient plus fluide ! Et c’est à faire régulièrement… impossible de ranger sa maison une bonne fois pour toute ! 😉

Et c’est là que la notion de ressourcement « actif » prend son sens :

Le ressourcement « actif » est indispensable en ville

Si l’environnement urbain n’abaisse pas de lui-même notre tension interne (voire l’accentue), il faut se poser la question de savoir ce que nous pouvons faire pour y remédier, par nous-mêmes !

Et c’est cela, la prise de conscience :

Si se ressourcer en ville devient un acte volontaire, une décision qu’il nous appartient de prendre, alors NOUS devenons seuls responsables de notre propre ressourcement !

 

Bonne et mauvaise nouvelle…

Car s'équilibrer quotidiennement et développer son « art de vivre » n’est pas quelque chose que l’on enseigne à l’école… ni quelque chose auquel notre société occidentale est très sensible pour le moment… Autrement dit, VOILÀ TOUTE UNE NOUVELLE DIMENSION À APPRENDRE ET À APPRIVOISER :
L’art de se ressourcer par soi-même… en tous lieux, et en toutes circonstances !

Excitant, non ?...

femme sous la pluie

Ouvert(e) à l'idée de pouvoir "être", quelles que soient les circonstances extérieures ?…

Comment se ressourcer en ville ?

Il existe bien des façons d’y parvenir, spécifiques à chacun évidemment, dont voici quelques exemples, à titre d’illustration :

  • pratiquer la méditation (évidemment) la relaxation, le zen...
  • faire du sport, du yoga (et tout ce qui ramène dans le corps)
  • passer du temps avec ses proches, jouer avec ses enfants, sa moitié…
  • faire la cuisine (activité « zen » pour beaucoup d’entre nous)
  • dormir (tout simplement)
  • sortir le chien, prendre l’air, marcher le long des quais
  • faire l’amour
  • jouer de la musique, chanter, danser… (activités artistiques)
  • etc. etc.

L’objet n’est pas ici de les lister tous, mais simplement d’illustrer le fait qu’il existe plein de manières de se ressourcer, même quand la nature n’est pas directement accessible, comme dans les grandes métropoles…

Et surtout de mettre en avant le fait que

Si TU souffres de l’hyper-urbanisation de ton lieu de vie…
tu n’es pas impuissant(e) pour autant,
car TU peux te ressourcer par toi-même, de manière ACTIVE.



C’est même, de mon point de vue, une superbe compétence à développer, car elle te servira pour le reste de ta vie ! Donc autant commencer le plus tôt possible...

Et bonne nouvelle, c’est justement ce que l’on va continuer à voir dans les prochains articles du Méditant Urbain !

 

Pas encore abonné(e) ? Reçois les prochains articles !

« Bien dans sa tête, bien dans sa peau… même en ville et dans la modernité ! » C’est le programme…

privacy 100% serein. Aucun SPAM envoyé

N’hésite pas à me laisser un commentaire ci-dessous pour me dire ce que tu as pensé de cet article,
et comment TOI tu te ressources en ville ;

Et bien-sûr, si ça fait sens pour toi, partage cet article !

À Propos de l'Auteur

Gael Marin

Coach, entrepreneur, chercheur insatiable et passionné… j'ai lancé le site "Le Méditant Urbain" pour répondre à une question fondamentale à mes yeux : "Comment être bien dans sa tête et bien dans sa peau, même en ville et dans la modernité ?" Si cette question te parle aussi, rejoins-moi et faisons le voyage ensemble !