4 conseils pour trouver sa voie (partie 2)

ou comment s’orienter sans se perdre
dans la jungle du Développement personnel


Cet article est en 2 parties

=> CLIQUE ICI si tu as manqué la PREMIÈRE PARTIE


Dans ton propre cheminement, t’est-il déjà arrivé de te demander quelle méthode suivre ? Qui croire ? Et par où commencer ?

Il y a tellement d’offres aujourd’hui, pour guérir ses blessures, se développer en tant qu’humain et croître spirituellement…

Autant il y a quelques années, tout cela était quasi-introuvable ou réservé à des pionniers en marge de la société, autant aujourd’hui, il y a littéralement démocratisation…et tout le monde (moi y compris) y va de son propre son de cloche.

Alors dans cet article en deux parties, voici 4 conseils pour éviter de t’égarer dans cette jungle qu’est parfois le Développement personnel, et trouver la voie qui TE convient !

Conseil n°2 : Attention au papillonnage !

Dans la première partie de l’article, je t’expliquais que ce sujet m’était venu en me baladant au Salon Zen à Paris, qui regroupe chaque années plus de 350 professionnels du bien-être et du Développement psycho-spirituel.

Pendant que j’arpentais les allées, face à tous ces stands qui cherchaient naturellement à attirer mon attention et me convaincre de leur méthode… une partie de moi se posait la question : « si je devais reprendre mon chemin à zéro, si j’étais dans la peau d’un parfait débutant… comment diable choisirais-je une méthode plutôt qu’un autre ?! »

Trop de choix tue le choix…

Or justement c’est un écueil fréquent dans le monde du Développement psycho-spirituel : la tendance à « papillonner ».

Un premier stage nous ouvre les yeux sur nous-mêmes, alors c’est bien naturel, on décide de se former ! Quinze jours après, une amie nous parle d’une seconde méthode, tout aussi incroyable, alors vite… un stage pour découvrir !

Et ainsi de suite, de stage en stage, de formation en formation, de thérapeute en thérapeute…
Et à chaque fois, c'est comme si on se disait : « Cette fois, ça va tout changer !… »

Tu te reconnais ? Ou tu reconnais des amis à toi ? 🙂

Découvrir "Le Monde Merveilleux du Dév Perso", c'est un peu comme découvrir un grand marché de Noël… envie de tout goûter, tout tester !!

 

Rassure-toi, j’ai été comme ça moi-même ! Au point que chaque week-end, mes proches s’exclamaient  : « Encoooore un stage ? Mais tu n’as pas déjà réglé tous tes problèmes avec tout ce que tu fais ?… »

Cet enthousiasme du démarrage est sain ! Il est comparable à ces premières amours que l’on vit adolescent :

  • ça part un peu dans tous les sens,
  • ça prend toute la place,
  • et vu de l’extérieur, il n’y a pas nécessairement hum… un fil conducteur clair…

Mais c’est OK ! Car pendant ce temps-là, on apprend à se connaître grâce à l’autre, on chemine… et on découvre petit à petit ce qui nous convient (ou pas).

On trouve sa voie.

Dans le Développement personnel, c’est pareil !

Là où cela devient problématique, c’est quand cet éparpillement s’installe comme un schéma répétitif, dans le temps… un peu comme ce vieux séducteur sur le retour (pour continuer la métaphore), qui malgré toutes ses aventures n’a pas réussi à s’engager dans aucune relation, et ne s’est finalement jamais vraiment ouvert à l’amour…

Les Japonais appellent ça « le syndrome du moine de 3 jours… »

Le chemin vers soi prend du temps et nécessite une vraie constance. Chaque voie a sa logique, et il est important de traverser la superficialité du démarrage pour aller se confronter aux premières difficultés, qui sont justement celles qui nous transformeront durablement, et en profondeur !

Le plat de résistance n’est jamais au début du repas… 🙂

Or dans le cas du papillonnage, c’est en général à ce moment-là que l’on bascule vers une autre méthode. On a trouvé « encore mieux »…
Et on repart pour de nouveaux apéritifs faciles à avaler !

Attention à l’attrait de la nouveauté. Attention au zapping !

(Décidément… j’ai vraiment l’impression d’écrire au sujet du couple… haha)

 

Quelle que soit la voie choisie, il est important de la pousser suffisamment loin. Si à peine engagé dans une voie, on pense déjà à la suivante, c’est que l’on a mal choisi… ou que l’on fuit le vrai sujet.

Personnellement, quand je regarde mon parcours, c’est ce que j’ai pris le temps d’étudier à fond et d’incarner qui me reste et fait de moi qui je suis aujourd’hui,
Le reste m’a inspiré… sur le moment, mais s’est évanoui rapidement.

Dans une culture du fastfood et de la gratification immédiate, ce qui prend du temps est peut-être bien ce qui change la donne !

La quantité n’est pas la qualité.
Et parfois même :  « Less is More! »

Si tu démarres le chemin : fais-toi plaisir… explore… découvre. Puis trouve une voie qui te convient, et consacres-y toi suffisamment longtemps et suffisamment intensément si tu veux en tirer de vrais bénéfices.



Le reste, c’est de la « culture générale » (ou de la « veille professionnelle »).

Conseil n°3 : L’enseignant(e) avant la méthode

On dit parfois que les parents transmettent à leur enfants ce qu’ils SONT bien plus que ce qu’ils DISENT ou voudraient transmettre… 🙂

C’est particulièrement vrai aussi dans le domaine du Développement psycho-spirituel selon moi, où le savoir-être est indissociable du contenu (quand il ne s’agit pas carrément du contenu lui-même…).

Il ne s’agit plus d’apprendre quelque chose mentalement comme à l’école… Il ne s'agit pas d'une nouvelle "recette".
Il s’agit d’être inspiré à devenir la meilleure version de nous-mêmes.

Or nous apprenons dans le plaisir et dans le lien, comme les enfants. Et plus le lien est fort, plus l’appétit sera profond… et plus l’apprentissage sera rapide et fluide !

Tu dois vraiment t’écouter à cet endroit, car la résonance que tu trouveras auprès d’un enseignant plutôt qu’un autre est probablement le plus court chemin pour te rencontrer.

Donc mon conseil perso : choisis d’abord et avant tout un(e) enseignant(e) qui t’inspire, que tu respectes profondément, en tant que personne.

Est-ce que son énergie te plaît ? Est-ce que son style te parle ?
Est-ce que sa manière de voir le monde t’inspire ?
Incarne-t-il particulièrement bien ce qu’il enseigne ?

Peu importe si ses stages sont plus loin ou si tu as trouvé un peu moins cher ailleurs.
Cherche un mentor plutôt qu’un simple « prof ».

Une personne avec qui tu es profondément en résonance pourra t’amener beaucoup plus loin.
Et au final ton investissement sera vite rentabilisé, car tu en retireras bien plus !

Donc choisis avec soin tes enseignants.
Et lorsque ça ‘matche’, vas jusqu’au bout. Ne multiplie pas les sources pendant la phase d’approfondissement.
Chaque transmetteur a sa propre logique, son propre style… et cela prend du temps pour intégrer le savoir-être transmis au-delà des mots.

Or c’est probablement ça le plus précieux, au final : le savoir-être.
La connaissance, on s’en moque un peu. Ce n’est pas ça qui transforme.

La vraie valeur ajoutée, c’est l’imprégnation, 

Quelques conseils (néanmoins) pour éviter les Gurus

Plus la phase d’idéalisation est forte au démarrage, plus tu vas apprendre vite.
Mais attention à ne pas te perdre dans une relation malsaine avec un faux « maître ».

Il y a un seuil à ne pas dépasser.

Et pour cela, il y a quelques signes qui ne trompent pas :

  • Ton enseignant est-il accessible ?
  • Admet-il ses erreurs ?
  • Incarne-t-il son enseignement ?
  • A-t-il lui-même des maîtres auprès de qui il continue de se former et d’apprendre ?

Une superstar qui a toujours raison, ne montre jamais sa vulnérabilité ou son impuissance et prétend détenir la vérité ultime… c’est archi-louche ! Surtout si la relation est orchestrée de telle manière que tu ne peux jamais dissocier le rôle de la personne…

Un vrai mentor n’a pas besoin d’artifice pour être inspirant. C’est justement son humanité et sa simplicité qui touche, qui remplit (d’autant plus, paradoxalement, s’il parle d’éveil spirituel… )

 

Encore une fois, suis ton instinct !

Sens à l’intérieur si la relation t’aide à être à trouver ta propre puissance, ta propre autonomie, ou si elle t’enfonce dans une référence externe de plus en plus profonde (cf. mon 1er conseil : comprendre la notion de référence interne / externe).

Et enfin…

Conseil n°4 : « There’s no way out! »

Celui-là, c’est du lourd ! Du spirituel en barre !
On pourrait faire un séminaire entier rien que là-dessus…

Un des plus grands point de bascule dans le chemin de croissance personnel, c’est sans aucun doute ce moment où l’on intègre pour la première fois, pleinement (pas juste mentalement) que les solutions à nos problèmes et à nos manques se trouvent non pas dans leur résolution…

mais dans la prise de conscience qu’ils ne sont que des faits ou des expériences
que nous avons interprétés comme des problèmes !

Souvent, cette notion est mal comprise, car on l’interprète comme du fatalisme ou du positivisme-bisounours. Ce n’est pas du tout le cas. Il s’agit seulement de se placer sur un plan de conscience plus profond, et réaliser que :

« Il ne me manque rien !
Il ne me manque rien ici et maintenant, pour « être » …et apprécier cet état d’être !

Quelle que soit ma situation… quels que soient mes « problèmes » objectifs…

Je n’ai pas besoin de PLUS,
Je n’ai pas besoin de MOINS,

Pas besoin de plus de stages, de formations, de compétences, de relations ou de possessions matérielles…
Pas besoin de moins de tracas,
Pas besoin que les gens ou les choses changent autour de moi…

…pour être en paix.

La sérénité et la complétude que j’ai cherchée frénétiquement à l’extérieur depuis des années est à l’intérieur depuis le début.

Je peux être à la maison partout…
même au milieu de la tempête

ou de la ville… »

Je sais que c’est tellement difficile à intégrer… mais nous créons 100 % de notre expérience, car c’est nous qui choisissons le sens que nous apposons à nos expériences de vie.

Nous avons déjà tout pour être heureux et vivant, dés aujourd’hui… peu importe notre situation présente…

Et il ne s’agit pas de se remplir par l’extérieur,
Il ne s’agit pas de se réparer,
Il ne s’agit pas de combler un manque,
Aucune méthode, aucun « maître », aucun grigri ésotérique ne le peut…

« There’s no way out! »
La seule voie est vers l’intérieur.

Ne cherche donc pas à sortir de toi, à te fuir… à être quelqu’un d’autre.
Au contraire, vas encore plus au contact de toi-même. Vas à l’intérieur et accepte.

Tout est déjà là…

Et la prochaine fois que tu te surprendras à chercher une « solution » te concernant ou une formation pour « te libérer de… », s’il-te-plaît, arrête-toi… et repense à cette phrase :

« There’s no way out! ».

Grandir par enthousiasme et non par manque

Maintenant que cela est dit… nous pouvons reprendre le chemin 🙂 Il ne s’agit pas d’être immobile et goûter le Moment présent pour l’éternité. C’est aussi un autre écueil et une fausse croyance…

Au contraire, continuons à apprendre, faire des stages, pour grandir en conscience, perfectionner sa pratique, acquérir de nouvelles compétences et savoir-êtres…
Mais cette fois par enthousiasme et non plus par peur ou manque.
C’est totalement différent !

Si tu as une passion, suis-la ! Si tu sens un appel à l’intérieur de toi, suis-le !
Certains diraient que « c’est ton âme qui te guide »… Possible, en tout cas c’est toujours la bonne voie si ça part de toi et que tu vibres d’enthousiasme… même si tu en as peur.

L’objectif disparaît derrière le plaisir du chemin en lui-même… instant après instant.
Et ça c’est un critère qui ne trompe pas !

 

Pas encore abonné(e) ? Reçois les prochains articles !

« Bien dans sa tête, bien dans sa peau… même en ville et dans la modernité ! » C’est le programme…

privacy 100% serein. Aucun SPAM envoyé

N’hésite pas à me laisser un commentaire ci-dessous pour me dire ce que tu as pensé de cet article,
et comment tout cela résonne pour TOI ;

Et bien-sûr, si ça fait sens pour toi, partage cet article !

À Propos de l'Auteur

Gael Marin

Coach, entrepreneur, chercheur insatiable et passionné… j'ai lancé le site "Le Méditant Urbain" pour répondre à une question fondamentale à mes yeux : "Comment être bien dans sa tête et bien dans sa peau, même en ville et dans la modernité ?" Si cette question te parle aussi, rejoins-moi et faisons le voyage ensemble !