La ville, moi je kiffe… et je sais pourquoi !

homme méditant

ou ce que le Taoïsme peut nous enseigner
au sujet du bien-vivre en ville.


Bien-être & Vie urbaine… voilà deux notions qu’a priori tout oppose !

Qui ne s’est jamais plaint qu’en ville...

  • avec le bruit,
  • la pollution,
  • le stress...
  • tous ces gens pressés qui ne sourient jamais…

c’est l’enfer pour se ressourcer, et conserver son équilibre de vie !?...

Ça te parle ?

 

Et si tout cela était finalement beaucoup plus simple qu’il n’y paraît ?…

« Pourquoi, moi, j’aime la ville ?… »

Aujourd’hui, critiquer la ville, c’est un peu comme critiquer le gouvernement ; tout le monde le fait déjà et de manière quasi systématique, quel qu'il soit… rien de vraiment nouveau donc, de ce côté-là.

Ce qui est nouveau, en revanche, voire subversif, c’était d’oser dire qu’il y a du bon dans la modernité, mais surtout que le problème ne vient pas de l’environnement extérieur, mais de nous !

Avant de lancer le projet Le Méditant Urbain (clique ici si tu découvres ce blog), je me suis questionné :

Il y a tant de personnes, et en particulier dans le milieu du développement psycho-spirituel, qui ne rêvent que de pouvoir un jour ENFIN quitter la ville et s’installer dans un coin de nature, moins bruyant, moins cher et plus spacieux…

Et je les comprends, vraiment !...

Alors pourquoi diable vais-je à contre-sens ?
Pourquoi suis-je heureux alors que j’habite Paris ?

 

Pour répondre, il faut que je t'explique un principe à mes yeux indispensable à tout projet de vie urbaine harmonieuse et consciente :

La ville vue sous le prisme du Yin et du Yang

Le Taoïsme chinois repose sur l’idée que tout chose est gouvernée par deux énergies contraires : le Yin et le Yang ; et la « Voie » (c’est la définition du mot Tao) se situe dans l’équilibre de ces deux polarités, instant après instant.

L’un n’existe pas sans l’autre, et l’autre sans l’un.
'Besoin des deux, de manière équilibrée.

(NB : c'est hyper-simplifié, mais au moins c'est compréhensible !)

Or en terme de polarités Yin/Yang, il est évident que la ville est essentiellement « Yang » :
minérale, dure, en lignes droites, fixe, agressive, rugueuse, tranchante…
peuplée de personnes avant tout focalisés sur leurs objectifs et leur carrière…

Photo gratte-ciel

Désespérément rectiligne, minéral… et impersonnel !

La campagne ou la nature, en comparaison, arbore des caractéristiques beaucoup plus « Yin » :
végétale, enveloppante, courbe, irrégulière, paisible, cyclique…
fonctionnant durablement grâce à des écosystèmes perpétuels, en haute interdépendante…

(NB : Je parle plutôt ici d’une nature type « climat tempéré ». Pour les climats arides ou "extrêmes", c’est autre chose…)

cascade nature

L'exact opposé…

Or en terme énergétique, le ressourcement est clairement un processus « Yin ».
Il s’agit de LÂCHER-PRISE, d’ACCUEILLIR l’instant présent, se remettre EN LIEN avec soi, refaire le PLEIN…

Autrement dit, dans un milieu urbain, RIEN (ou si peu) ne soutient l’énergie Yin…
Voilà pourquoi la plupart d'entre nous nous épuisons énergétiquement… et finissons par ne plus supporter ce mode de vie !

Pour s’équilibrer en ville, il est nécessaire d’aller à contre-sens de la dynamique générale particulièrement Yang.



Remarque : Il ne s’agit pas ici de dire que le Yin est bien et le Yang mal… pas du tout !
Il s’agit de « principes » opposés, comme le froid et le chaud, à réguler tout simplement.

Comme je le disais plus haut, dans le Taoïsme, le Vivant, « l’optimum », vient de l’équilibre, instant après instant entre les polarités.
Et un équilibre non pas "50/50", arbitraire mais un équilibre dynamique, contextualisé, en fonction de NOTRE propre dynamique et de NOTRE situation du moment.

Donc, comment s’équilibrer ?

Prenons un cas d’école :

Imaginons un ado hypothétique, obèse tiens… et qui passe ses journées sans but ni enthousiasme, à regarder des séries sur le net, amorphe… (je force le trait pour illustrer un manque de Yang carabiné… 😉 ). Comme moi, tu penseras peut-être -entre autres choses- que SORTIR, S'ACTIVER et faire du sport lui ferait probablement du bien… histoire de RETROUVER LA PÊCHE et le goût de faire des choses.

Car parfois, à ne rien faire pendant trop longtemps, on perd le goût d’agir, pas vrai ?…

Mais si 10 ans plus tard, cet adolescent hypothétique est désormais cadre d’une grand groupe, hyperactif du matin au soir, ne s’arrêtant pas un instant pour faire tout ce qu’il a à faire, à grands renforts de café, d’auto-discipline et de hargne (excès de la polarité Yang, cette fois...), tu te diras certainement, comme moi, que pour éviter le Burnout, qu’il gagnerait à se DÉTENDRE un peu, s’autoriser à prendre des pause, et réapprendre à NE RIEN FAIRE, SE RELIER à son corps et prendre d’avantage SOIN de lui (Polarité Yin).

Dans les deux cas, tu l’auras compris, il s’agit simplement de rééquilibrer l’excès d’une polarité par l’autre, en mettant de la conscience sur ce qui se joue.

Il n’y a qu’équilibré que nous pouvons rester dans la danse, goûter l’expérience dans la durée, créer et bâtir… au quotidien, même en ville !

Autrement, on se brûle… ou on ne fait rien.

Quoi raisonnablement attendre de la ville ?

Et si, au final, c’était juste ça le problème : une attente mal placée vis-à-vis de la ville ?

La ville n’est objectivement PAS un environnement particulièrement ressourçant ; alors comment compense-t-on cet état de fait ? S’en plaindre et rêver d’ailleurs ne règlera pas notre besoin d’équilibre au jour le jour…

(voir à ce sujet mon article sur le ressourcement "actif")

Personnellement, comme je suis souvent fourré dans des stages ou séminaires de développement psycho-spirituel, avec des personnes plutôt « Bio », je dois souvent justifier pourquoi j'habite Paris.
Ma réponse est toujours la même :

« Parce que J'ADORE l’énergie de la capitale...
en tout cas
aujourd’hui, dans cette période de ma vie où je dois mettre beaucoup d’énergie pour faire DÉCOLLER mes projets, rencontrer RAPIDEMENT du monde, trouver des partenaires, aller VITE…

TOUT est littéralement à 30-45 min de transport en communs ! (…et en plus je peux lire !)

Quand j’aurai des enfants, je ne dis pas…
mais en attendant, cela me correspond complètement au niveau du DYNAMISME, de l’AUTONOMIE et du FOCUS professionnel ».

Autrement dit...
Quand je suis ville, je suis « en mission »
(Yang) : faire avancer ma vie et mes projets !
Je ne suis pas là pour me ressourcer.
Ce qui me nourrit, c’est d’avancer dans mes objectifs de vie (Yang).

 

On le voit, dans mon exemple, il y a adéquation : la ville m’apporte la polarité dont j’ai justement envie et besoin en ce moment…
Voilà pourquoi je suis comme un poisson dans l’eau ! Voilà pourquoi c’est confortable, sans effort !

Mais chacun a des besoin spécifiques, et le but n’est pas que la ville soit réservée aux jeunes ambitieux-prêts-à-tout… Il faut qu’il y ait une solution pour tous les tempéraments et toutes les phases de vie !

Alors... quoi attendre de la ville ?

C’est toute la question !

Pas le ressourcement en tout cas.
Ni l’équilibre.

 

Tant que l’on attend de la ville quelque chose qu’elle ne peut pas offrir (l’équilibre Yin/Yang), on se rend soi-même impuissant et victime de son environnement, et surtout on se prive de mettre son énergie au bon endroit.

Trouver du Yin en ville, c'est un peu comme vouloir se chauffer dans un pays froid ;
cela exige plus de logistique qu'ailleurs, mais c’est parfaitement possible !



parc en ville

Les parcs, les quais, les pique-niques au soleil couchant… une clef importante à ne pas négliger !

S’organiser de manière responsable

Lorsque nous arrivons dans un nouvel endroit, nous repérons immédiatement :

  • où nous pourrons faire nos courses… parce que c’est vital ;
  • comment nous allons pouvoir nous chauffer… parce que c’est vital ;
  • et comment socialiser… parce que c’est vital, aussi !

 

...Qu’en est-il de notre équilibrage énergétique ?

 

As-tu déjà considéré la chose comme une nécessité vitale qu’il t’appartient de nourrir, en ville encore plus qu’ailleurs ?

Lorsque tu programmes ta semaine,

  • Prends-tu le temps de prévoir des espaces Yin de « ressourcement » suffisamment longs ?
  • Repères-tu dans tes activités et tes relations celles qui te ressourcent et celles qui te vident ?
  • Es-tu à l’affût de dénicher près de chez toi des lieux insolites (tels un petit parc, ou une rue particulièrement calme ou fleurie) pour te rebooster mine de rien ?
  • Vois-tu tes activités en terme Yin & Yang pour vérifier l’équilibre global ?

 

C’est cela que l’on appelle « mettre de la conscience » et « se concentrer sur sa zone d’action ».
La situation est ce qu’elle est. Comment faisons-nous avec (ou sans) ?

 

Enfin, un mot personnel :
Si les villes sont mal adaptées aux dimensions « Yin » de l’être, il n’en est pas moins qu’elles ont un tas de bénéfices que l’on peut aussi accueillir et savourer en conscience jour après jour…

Et il y a des chances que voir les choses ainsi rende plus heureux… mais à toi de me dire ! 😉

 

Pas encore abonné(e) ? Reçois les prochains articles !

« Bien dans sa tête, bien dans sa peau… même en ville et dans la modernité ! » C’est le programme…

privacy 100% serein. Aucun SPAM envoyé

N’hésite pas à me laisser un commentaire ci-dessous pour me dire ce que tu as pensé de cet article,
et comment tout cela résonne pour TOI ;

Et si tu apprends des choses, partage cet article !

À Propos de l'Auteur

Gael Marin

Coach, entrepreneur, chercheur insatiable et passionné… j'ai lancé le site "Le Méditant Urbain" pour répondre à une question fondamentale à mes yeux : "Comment être bien dans sa tête et bien dans sa peau, même en ville et dans la modernité ?" Si cette question te parle aussi, rejoins-moi et faisons le voyage ensemble !